• Quelle est votre position sur le projet de mise en place d’un système de consigne pour recyclage des bouteilles en plastique ?

    La circularité de nos emballages boissons est un sujet clé pour Danone en France. 

    Nous avons à cœur de contribuer à revoir les modèles existants (de production et de recyclage) au regard de l’évolution tant des modes de consommation que des enjeux environnementaux, économiques et sociétaux.

    L’accélération vers la circularité de nos emballages et l’optimisation de leur collecte, pour tendre vers 100% d’emballages boissons collectés dans les meilleurs délais, sont au cœur de nos ambitions.

    Nous soutenons donc la mise en place d’un système de consigne pour recyclage, scénario de référence identifié* pour atteindre un taux de collecte d’au moins 90% en France.

    Pourquoi ? Le dispositif actuel ne permet pas de faire progresser assez vite la collecte pour recyclage de nos déchets ménagers. Nous considérons que la consigne pour recyclage est, après comparaison des différents systèmes existants et des modèles étrangers ayant fonctionné, le seul dispositif qui permettrait d’atteindre un taux de collecte significativement plus élevé et les objectifs de collecte fixés par l’Union Européenne.

    Nous sommes également convaincus que le déploiement de cette consigne pour recyclage ne pourra se faire sans une concertation approfondie avec l’ensemble des parties prenantes : Etat, collectivités locales, centres de tri, recycleurs, société civile et industriels du secteur afin d’identifier les modalités acceptables par tous.

    La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire inscrit la possibilité de la mise en place d’une consigne pour recyclage en 2023, après évaluation de la performance des dispositifs de tri actuels (bac jaune).

    D’ici-là, nous continuons d’accompagner l’extension des consignes de tri avec les collectivités et CITEO, et de tester des pilotes de consigne pour recyclage innovants, toujours dans l’objectif d’améliorer la collecte de nos emballages.

    *source : « Performance du recyclage : panorama et enjeux de la consigne pour recyclage des emballages boissons », CITEO, septembre 2019 Préservation de nos ressources en eau.

  • Vous avez initié un partenariat avec Loop by Terracycle, comment ce projet s’inscrit-il dans vos autres projets de consigne ?

    Nous avons pris l’engagement de proposer des produits 100% recyclables, réutilisables ou compostables d’ici 2025 et de mettre en place les conditions optimales pour que la réutilisation, le recyclage et le compostage aient lieu en pratique.

    Nous pensons qu’il n’existe pas une voie unique pour atteindre nos objectifs en matière d’économie circulaire. L’offre de Loop by Terracycle est très intéressante en ce qu’elle permet de développer un service tout à fait innovant, adapté aux contraintes de populations urbaines, leur permettant de développer leur usage de produits ou d’emballages réutilisables (consigne pour réutilisation). A ce stade, nous avons prévu d’utiliser la plateforme de Loop pour nos bouteilles en verre evian.

    Notre volonté est d’explorer collectivement toutes les pistes permettant de mener à améliorer significativement le taux de collecte en France. 

  • Que faites-vous pour lutter contre la pollution des océans par les bouteilles en plastique ?

    En tant qu’entreprise engagée pour la préservation de la santé des hommes et de la planète, nous avons un rôle important à jouer pour accélérer la transition vers une économie circulaire des emballages. 

    Nous travaillons à réutiliser les emballages existants pour qu’ils ne finissent pas en pollution dans l’environnement.

    Quand malheureusement nos emballages échappent aux systèmes de recyclage et se déversent dans nos océans, nous voulons être proactifs et participer à leur élimination en les récupérant pour leur donner une nouvelle vie.

    Après l’annonce de la collaboration de Danone avec The Ocean Cleanup, au Forum économique mondial de Davos en 2018, evian a partagé le 26 octobre 2019 le lancement par The Ocean Cleanup de la première technologie visant à éliminer le plastique des rivières à l’échelle mondiale.

    1 000 rivières et fleuves seraient responsables de 80% du plastique déversé dans les océans chaque année dans le monde. L’objectif est donc de collecter en amont les déchets plastiques dans les rivières avant qu’ils n’atteignent les océans.

    L’Interceptor™ de The Ocean Cleanup a été notamment développé grâce à une mission de recherche de deux ans entre la start-up néerlandaise à but non lucratif et Danone.

    Fort de notre expertise sur les emballages, nous avons avec les marques evian et Aqua, aidé The Ocean Cleanup à analyser et catégoriser les débris recueillis par le premier prototype en Indonésie et à mieux comprendre les défis liés à l’extraction et au traitement des déchets récupérés.

    Plus globalement, la participation à cette mission de recherche s’est inscrit dans le cadre d’une feuille de route plus large mis en œuvre par evian pour devenir 100% circulaire d’ici 2025, grâce à des partenariats et des collaborations pionnières visant à repenser la conception de l’emballage, accélérer les initiatives de recyclage et récupérer les déchets plastiques.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.theoceancleanup.com

  • Que faites-vous pour protéger les ressources d’eaux minérales naturelles ?

    Les générations futures méritent autant que nous de profiter de ce que la nature peut nous offrir. C’est pourquoi nous nous sommes engagés à exploiter les ressources en eau minérale naturelle en respectant leur pérennité. Par exemple, à Volvic, l’une des sources les plus abondantes, seulement 15 % du flux naturel de l’eau est embouteillé chaque année.

    Nous avons également mis en place des politiques de préservation sur chacune des zones d’infiltration (appelées « impluviums ») des eaux minérales naturelles evian, Volvic, Badoit et La Salvetat. Concrètement, il s’agit de protéger les sols présents sur la zone d’infiltration, afin de faire en sorte que l’eau minérale naturelle reste pure.

    Un exemple avec evian :  depuis 1992, l’APIEME*, développe de nombreux programmes : aménagement du territoire, protection des milieux naturels, développement agriculture durable. Son dernier projet en date est Terragr’eau : un méthaniseur transformant les effluents d’élevage en engrais naturels et en biogaz, et qui seront ensuite utilisés sur l’impluvium, en lieu et place de produits chimiques.

    Les mêmes dispositifs existent avec le CEPIV** à Volvic, la Bulle Verte à Badoit et PEPS'S*** à La Salvetat. 

    * Association de Protection de l’Impluvium de l’Eau Minérale evian

    ** Comité Environnement pour la Protection de l’Impluvium Volvic

    *** Politique environnementale pour la protection de la source La Salvetat


Vous vous posez des questions ?

Contactez-nous